Le Rhônexpress en quelques dates.

Consulter nos articles


Le Rhônexpress est exploité depuis quelques années seulement, si l’on considère les autres installations et infrastructures de la ville de Lyon. Cependant, son histoire depuis le stade d’étude jusqu’à sa mise en place ne pourrait pas se résumer en quelques centaines de mots. Nous nous concentrerons ainsi sur quelques dates notoires, en guise de reconstitution chronologique, pour aider le lecteur à mieux connaitre ce tramway express.


Une demande depuis 1975


Les infrastructures de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry sont déjà en place à partir de 1975, bien que ce nom ne lui soit attribué qu’aux alentours des années 2000, après des rénovations importantes. Cet aérodrome a généré une demande de transport efficace et adapté pour être en continuité, que ce soit en aval ou en amont, avec un voyage en avion. Cela ne veut en aucun cas dire qu’aucune autre ligne ferroviaire ne passe par l’aérodrome, pour y apporter ou déplacer des voyageurs en avion.

Sans mentionner l’autoroute qui assure le trajet en voiture, il y a une gare de TGV à proximité et il fut une époque où quelques trains arrivaient dans les environs de l’aéroport. Mais rien ne pouvait encore rivaliser avec les services actuels du Rhônexpress.


Avant les années 2000


En 1989, un premier rapport de synthèse de la part de la Région arrive sur la table des responsables, résumant les différentes possibilités pour avoir un mode de transport digne des usagers de l’aéroport qui débarquent et embarquent par milliers tous les jours. Un autre suit en 1994, rédigé par les mêmes auteurs. La SNCF présente aussi une esquisse en 1995, qui ne retient pas l’attention des décideurs.

Jusqu’en 2000, aucun projet ne pouvait vraiment se démarquer. Les types de transports rivalisaient les uns avec les autres. Le train, le tramway ou le métro léger voulaient faire pencher la balance en utilisant les lignes inutilisées du chemin de fer de l’Est de Lyon, tandis que l’auto-câble, ainsi que le méga bus guidé argumentaient avec un tracé rapide et du matériel modernisé.


Les ancêtres du Rhônexpress


La décision est enfin prise au début de l’année 2001. Le choix s’est porté sur un tramway que l’on nomma LEA, qui fut un peu plus tard remplacé par le T3. Les attentes sont de plus en plus pressantes et des améliorations sont entreprises, pour donner LESLYS, la liaison Express Lyon Saint Exupéry. À ce moment-là, la ligne était déjà située entre l’aéroport et le quartier des affaires, un parcours qui a été gardé par le Rhônexpress jusqu’à nos jours.


À partir de 2007


Rien de notoire ne se passe jusqu’en 2007, mais le nombre de passagers générés par la multitude de vols qui passe par le Lyon Saint Exupéry est en hausse constante. Il faut améliorer le service, rendre les rames plus accessibles et augmenter la cadence pour éviter les encombrements. Tout cela en assurant une ponctualité irréprochable pour ne pas entraver le planning des voyageurs. Un partenariat, composé d’entreprises issues du milieu public ou privé, réussit à convaincre le Conseil général du Rhône de leur concéder les rênes pendant une durée déterminée, pour y créer un des tramways les plus modernes d’Europe. Les travaux sur l’infrastructure du Rhônexpress, qui ont nécessité 65 millions d’euros (la moitié du budget investi), ont commencé au cours de cette année.


L’exploitation du Rhônexpress peut commencer


Trois ans ont été nécessaires pour peaufiner les derniers détails. Les commandes ont été passées pour les rames modernes et rapides qui peuvent assurer le transport de plus de 70 personnes avec leurs bagages, sans oublier les agents de bord, sans oublier les bagages. Les travaux sont presque terminés en fin 2009, quand le constructeur suisse Stadler livre le tramway à trois articulations qui fonctionne avec une puissance électrique de 750 volts en continu. Les premiers tests se déroulent enfin pendant les trois premiers mois de l’année 2010, pour un Rhônexpress opérationnel à partir du 9 aout 2010.


Nos articles